Rechercher dans tout le site :



Les rendez-vous de votre rentrée !

Mis à jour le jeudi 22 septembre 2016 15:28

Face aux menaces de plus en plus importantes qui pèsent sur la biodiversité l’heure est à la mobilisation et à l’action pour tenter d’endiguer et surtout inverser ce phénomène. Se mobiliser, agir mais aussi bien sûr réfléchir en amont pour mieux identifier et expliciter les réalités complexes d’un monde qui ne nous attend pas pour changer est le moteur de Natureparif.

Bien sûr, nous aimerions aller plus vite et plus loin afin de mettre en œuvre les solutions que souvent, la nature nous inspire. Mais la nature des problématiques sur lesquelles nous travaillons au quotidien exige que nous soyons toujours attentifs aux constats partagés avec d’autres, à la mobilisation de l’ensemble des acteurs et à la compréhension de nos actions auprès du public le plus large. Tout cela nécessite de la réflexion, beaucoup de travail et d’énergie.

Du printemps dernier à cet été, nombre de nos travaux ont déjà trouvé toute leur résonnance dans une actualité qui n’aura pas épargné l’Île-de-France. Qu’il s’agisse des inondations, de la canicule et de ses effets sur le vivant, de la monoculture à l’usage intensif d’herbicides et de pesticides dans des champs dont les sols sont en souffrance, du déclin reconnu de certaines espèces… tout appelait à baisser les bras. Ce n’est pourtant pas le chemin que nous avons décidé de suivre et c’est avec une énergie toujours intacte que nous nous mobilisons de nouveau.

Dès à présent je vous propose donc trois nouveaux grands rendez-vous dont la diversité des thématiques ne vous rendra pas insensible.

Le 9 septembre, avec l’agronome Sylvain Doublet, nous vous présenterons le scenario « Afterres2050 » qui a pour originalité – à l’image du scénario négaWatt dont il partage la philosophie et les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de poser en préalable la révision de l’ensemble de nos besoins – alimentaires, énergétiques, d’espace,…  – afin de les mettre en adéquation avec les potentialités de nos écosystèmes (agricoles, forestiers). Nous aurons ensuite le plaisir, le 15 septembre, de vous inviter à rencontrer Philippe MOTHIRON, entomologiste amateur autodidacte, auteur de l’Inventaire des Lépidoptères d’Île-de-France (1997-2010) et du site internet « Lépi’Net, les Carnets du Lépidoptériste français ». Enfin et alors que la dernière décennie a été celle de l’efficacité énergétique des bâtiments, la crise que connait actuellement la biodiversité nous a invité à élargir, le 21 septembre, la notion de « construction durable » lors d’une rencontre qui abordera lessolutions pour aménager, bâtir, rénover en favorisant la biodiversité, le climat, l’eau, les sols, dans une approche plus globale.

Plus personnellement, mes premiers mois de Présidence à la tête de l’agence régionale pour la nature et la biodiversité Natureparif m’ont permis de prendre réellement conscience de l’importance du travail effectué par tous les naturalistes et écologues qu’ils soient partie intégrante de l’agence ou dans le milieu associatif et universitaire avec qui nous collaborons.

La sauvegarde de la planète, de l’environnement dans lequel nous vivons et de celui que nous voulons laisser aux générations futures, sera un enjeu politique capital des années à venir. Quarante ans après le premier texte législatif sur la protection de l’environnement, et après le vote de la Loi Biodiversité, il est plus que temps que les politiques s’emparent avec courage et fierté de ce sujet. Étudier, regarder, s’inspirer de la Nature, de ce qu’elle nous apprend de sa capacité de résilience qui a forcément des limites, doit nous obliger à la plus grande humilité. Si on aime cette nature, si on l’aide à devenir de plus en plus forte, elle nous le rendra au centuple. Si on continue à la torturer, à ne pas la respecter, elle nous le fera payer au centuple. Elle a d’ailleurs déjà commencé à le faire. S’inspirer de la nature et de sa biodiversité pour les années futures est juste un acte de bon sens. Bien sûr cela ne se fera pas du jour au lendemain, ni sans heurts, mais il faut impérativement que l’on s’y attelle, que les politiques s’y attellent.

L’environnement comme cause régionale, nationale et mondiale ne peut pas être qu’une simple posture, mais devenir une réalité. Parce que je vous suis reconnaissant de tout le travail éclairant que vous faites, parce que vous avez su me faire comprendre très simplement l’intelligence et l’intérêt d’inclure l’étude de la nature et le respect de sa biodiversité dans tous nos actes, vous pouvez compter sur mon appui total pour porter ce nouveau paradigme sur toutes les politiques concernées.

Bruno Millienne, Président de Natureparif

 

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter NatureParif

Saisie de données naturalistes

Cettia IDF
 

Ce site utilise des cookies

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur En savoir plus