Rechercher dans tout le site :



11e édition de la Fête de la nature

Mis à jour le mardi 16 mai 2017 14:54

FDN2017La Fête de la nature revient du 17 au 21 mai 2017 partout en France et en Île-de-France ! Au programme, 5 jours d'animations gratuites pour se laisser surprendre par la nature à deux pas de chez soi et découvrir le patrimoine naturel francilien. Pour sa 11e édition la Fête de la Nature propose donc d’explorer ces spécialités, rôles et fonction de la nature et de lever, en partie, le mystère sur ses « super-pouvoirs ».

La musique a sa fête, la nature aussi ! Comme chaque année depuis 11 ans, la Fête de la nature est une merveilleuse occasion pour les franciliens de tous âges de découvrir ou redécouvrir la richesse du patrimoine naturel de la région Île-de-France. Loin de la vision urbaine que nous en avons, la région compte pourtant 35 sites classés Natura 2000, 16 réserves naturelles et 4 parcs naturels régionaux. Au cœur de Paris, sur 280 000 hectares boisés ou dans les milieux prairiaux et humides, parfois à deux pas de chez soi, l'Île-de-France est un formidable réservoir de biodiversité qui regorge de plus de 10 000 espèces animales recensées, dont 200 protégées et accueille l'équivalent de 25% de la flore nationale !

Afin de vous faire découvrir ces richesses, les associations naturalistes et d'éducation à l'environnement, les collectivités locales, les professionnels de la nature, les passionnés bénévoles et les entreprises se mobilisent cette année encore pour vous offrir des centaines de manifestations gratuites et ouvertes à tous. Découvertes exceptionnelles de lieux secrets habituellement fermés au public, jeux de piste, chasses aux trésors, visites de réserves naturelles, randonnées… Il y en aura pour tous les goûts !

En 2017, la Fête de la nature met à l'honneur les hommes et les femmes qui œuvrent pour la nature tout au long de l'année. L'occasion pour le public de découvrir le quotidien des acteurs de la nature, des métiers méconnus et pourquoi pas, de faire naître des vocations ! A cette occasion, nous vous invitons à découvrir quelques exemples de super-pouvoirs à découvrir pendant la Fête de la Nature.139 acteurs franciliens vous proposeront près de 1238 séquences d'animations sur 300 lieux répartis partout en Île-de-France ! 

                                L’anguille européenne, le poisson mystère

                                        Super pouvoir : se reproduire très loin, caché de tous

Malgré les satellites, les navires océanographiques et des dizaines d’années de recherche, nul ne sait où l’anguille d’Europe se reproduit. On la soupçonne d’engager une migration pour se reproduire en mer des Sargasses, au nord-est des Caraïbes, à plus de 5 000 km. Mais personne n’a vu cette reproduction. Ni d’anguille adulte dans ce secteur de l’Océan atlantique. On a découvert récemment qu’elles plongeaient et remontaient sur plus de 400 mètres de profondeur entre le jour et la nuit. Mais toujours pas d’anguille adulte vue au-delà des Açores ! Mystère…

 


La bardane, la plante qui nous a appris à accrocher

                                        Super pouvoir : s’accrocher aux tissus et pelages

L’histoire raconte que George de Mestral, un ingénieur suisse, rentrait de randonnée quand il a observé que des capitules (capsules qui protègent les graines) de bardane étaient accrochés partout sur ses vêtements. Intrigué, il a observé ces bogues au microscope et découvert qu’elles étaient couvertes de minuscules crochets. C’était donc ça le secret de cette plante pour disséminer ses graines ! Il s’est donc inspiré de ce super pouvoir pour développer le produit phare de son entreprise Velcro, le « scratch ».

 


La chauve-souris voit avec les oreilles

                                        Super pouvoir : voir sans les yeux

En France, nous comptons 38 espèces de ce groupe absolument remarquable. Les chauves-souris, en plus d’être les seuls mammifères pouvant de voler, sont capables de voir… sans leurs yeux ! Elles utilisent l’écholocalisation : elles produisent des sons qui se propagent dans l’environnement et « rebondissent » sur les objets alentour. Ainsi, en écoutant l’écho de leurs cris, le cerveau reconstruit une image de l’environnement.

 


Ces amphibiens à l’hibernation étonnante

Super pouvoir : geler son corps ou respirer par la peau

Les amphibiens sont les grenouilles, crapauds, salamandres et beaucoup d’autres animaux étranges. Comme les reptiles, ils ont le sang froid et en hiver, comme la température est trop basse, ils hibernent. Mais quelle hibernation ! La grenouille des bois en Amérique du Nord cesse toutes ses activités et son organisme gèle, tandis que des grenouilles aquatiques s’endorment au fond de l’eau et respirent par la peau pour extraire de l’eau le peu d’oxygène dont elles ont besoin durant cette période.

 


La chevêche d’Athéna voit très bien la nuit

Super pouvoir : voir la nuit

Ce rapace est tout petit, il mesure 22 cm et pèse un peu moins de 200 g. Son super pouvoir se cache dans ses grands yeux : c’est la vision nocturne ! Pour toutes les espèces, l’œil est toujours tapissé de capteurs : des cônes qui repèrent les couleurs et les bâtonnets qui sont spécialisés dans l’intensité lumineuse. La Chevêche d’Athéna possède beaucoup plus de capteurs en bâtonnets que nous, et c’est ce qui lui permet de voir dans la nuit. On dit des animaux qui peuvent voir la nuit qu’ils sont «nyctalopes».

 


La chrysope verte, fée du jardin

                                        Super pouvoir : un nettoyeur hors pair

Délicat insecte vert ailé, la Chrysophe verte n'en est pas moins un prédateur redoutable au jardin. À l’état de larve, ce petit monstre dévore à longueur de journée, pucerons et cochenilles, parfois plus de 500 pucerons par larve ! Les petits soldats chrysopes forment une armée de lutte biologique contre les envahisseurs du jardin. Bien gorgés de protéines, ils deviennent à leur tour un garde-manger copieux pour les oiseaux et les chauves-souris de nos jardins. Une véritable alliée des jardiniers !

 


Le faucon pèlerin, l’oiseau le plus rapide du monde

Super pouvoir : voler à grande vitesse

Son dos est gris bleu métallique, son ventre est blanc moucheté de noir, ses pattes, la base de son bec et le tour de ses yeux sont d'un jaune éclatant tandis que sa tête, presque entièrement noire, présente deux tâches noires caractéristiques sur les joues dénommées « moustaches ». Le Faucon pèlerin est un rapace majestueux à bien des égards, mais là ou il est le plus impressionnant, c'est dans sa vitesse et sa technique de chasse. Ses attaques « en piqué », à plus de 200 km/h lui permettent de capturer ses proies alors que celles-ci sont en plein vol. On l'a, dans des conditions exceptionnelles, déjà enregistré à une vitesse de 389 km/h !

 


                                Le flamant rose, Don juan des étangs de Camargue

                                        Super pouvoir : se maquiller et danser pour séduire

Le flamant rose, oiseau emblématique des lagunes, est un fin séducteur. Tous les ans, de décembre à avril, des centaines d’individus se rassemblent pour exécuter une étrange chorégraphie. L’objectif de cette danse : choisir un partenaire pour l’année et synchroniser les pontes. Ce sont la qualité et la durée d’exécution de la danse, ainsi que de l’intensité de la couleur des plumes qui priment ! Certains n’hésitent pas à tricher en utilisant les sécrétions d’une glande anale (qui excrète des caroténoïdes) pour lisser leurs plumes et accentuer la couleur rouge de leurs ailes

 


La lichénée rouge sait sortir de sa planque

                                        Super pouvoir : en jeter plein la vue en toute discrétion

La lichénée est une pro du camouflage ! Rentré dans toutes sortes de fissures de parois, telles que troncs d'arbres ou murs, ses couleurs ternes et son abdomen la rendent quasiment invisible. Mais inquiété, ce papillon en met « plein la vue » à son agresseur : il ouvre grand ses ailes et découvre une couleur rouge vif, puis s'envole précipitamment pour se plaquer au sol un peu plus loin ! Une explosion de couleur et d'énergie, venue d'un être auparavant invisible !

 


Le martinet noir : se poser ? Pour quoi faire ?

Super pouvoir : voler durant des mois sans se poser

Le martinet est un petit oiseau qui se nourrit d’insectes. Son cri strident caractéristique trahit sa présence, et en levant la tête on peut le voir très haut dans le ciel. Pour être exact, le ciel est presque l’unique endroit ou l’on peut le voir : le Martinet ne se pose que pour s’occuper du nid, et peut rester dans les airs durant 10 mois entiers ! C’est alors l’oiseau ayant le record du plus long vol ininterrompu enregistré par les ornithologues.

 


L’Hirondelle rustique, championne de la migration

Super pouvoir : voler au bout du monde

Cet oiseau est tout petit, et il ne vole pas très vite, mais il vole très loin ! À la fin des beaux jours, les hirondelles se rassemblent au bord de l’eau et disparaissent au petit matin. Si bien que l’homme a cru, il y a longtemps, qu’elles s’enfonçaient dans la vase pour passer l’hiver. En réalité, elles entament un très long voyage : certaines parcourent jusqu’à 10000km ! Elles vont droit au sud, sur le continent africain ou elles pourront se nourrir des nombreux insectes.

 


La libellule, une vie de transformation

Super pouvoir : transformation

On voit souvent la libellule voler au dessus de l’eau. En réalité, avant d’avoir cette forme que nous lui connaissons, elle a beaucoup vécu ! À la sortie de l’œuf, elle est une larve et vit dans l’eau. Doucement, des rudiments d’ailes se développent et la larve devient une nymphe. Elle chasse des petits insectes et des tétards pour se nourrir. Finalement, après parfois 2 ou 3 ans passés sous l’eau, la nymphe de libellule grimpe sur une tige pour effectuer sa dernière transformation : elle va muer et pourra enfin voler sur les étangs.

 


L'osmie cornue, compte pour les prunes !

                                        Super pouvoir : pollinise nos arbres fruitiers

L’Osmie cornue est une abeille solitaire facilement identifiable avec sa robe rousse. Cette travailleuse acharnée contribue à la pollinisation de nombreux arbres et plantes (pommiers, poiriers, cerisiers, fraisiers, framboisiers…). La femelle aménage diverses cavités : tiges creuses, trous dans les bois morts et dans les murs de maisons… En installant un hôtel à insectes dans son jardin, il y a de grandes chances qu’elle vienne y loger de février à juin. Elle ne tardera pas à butiner les fleurs alentour.

 


Le grand paon de nuit, un géant éphémère

                                        Super pouvoir : un colosse à l’appétit de moineau

Plus grande espèce parmi les papillons européens, ce géant mesure jusqu'à 20 cm d'envergure ! Curiosité de la nature, le Grand Paon de nuit ne s'alimente que peu ou pas. Cela vaut à ce papillon de ne vivre qu’une semaine, juste le temps de se reproduire et de pondre. Quelle sidération que ce colosse majestueux et grandiose par les motifs qu'il arbore, soit voué à une destinée si courte!

 


Le petit-gris n’en bave pas tant que ça !

Super pouvoir : sa bave magique

Habitué des forêts et jardins, l’escargot petit-gris produit une bave magique qui, déposée en couches de quelques dixièmes de millimètre, lui permet de glisser sur le sol. Grâce à cette « colle glissante », il se déplace à la verticale sur tous les supports. Et si cela ne suffisait pas, la bave du Petit-gris, et celle de la plupart de ses cousins gastéropodes, leur offre aussi une armure contre les prédateurs, une protection antibactérienne, une reconstitution de la coquille et même la régénération des tissus…

 


Le Pétrel de Barau niche dans la montagne et se nourrit dans l’océan

Super pouvoir : passer des montagnes à l’océan en quelques coups d’ailes

On l’appelle aussi « Taille-vent », ce qui témoigne bien de la splendeur de cet oiseau océanique. Le Pétrel de Barau, essentiellement nocturne peut s’observer sur tout l’océan Indien, mais c’est une espèce endémique de La Réunion. C’est sur cette île que les individus se rassemblent de décembre à mai pour se reproduire et élever leurs petits… dans des nids placé dans des terriers qu’ils creusent loin de la mer, dans les montagnes jusqu’à 2 800 m d’altitude ! C’est incroyablement haut pour un oiseau qui se nourrit dans l’océan.

 


Le roseau phragmite, comment survivre en apnée

                                        Super pouvoir : respirer avec un tuba

Le roseau phragmite est l’agent multiservice des zones humides : il accueille de nombreux oiseaux (butor étoilé, rousserolle, locustelle…), il épure les eaux, piège les sédiments, protège les berges… Et pour cela, il doit être capable de respirer dans l’eau ! Comment fait-il ? Ses tiges sèches qui sortent de l’eau lui servent de tuba pour aérer ses racines et rhizomes, lui permettant de respirer même quand il pousse dans des sédiments inondés et parfois dépourvu d’oxygène.

 


 

                                Le jardin naturel, oasis en ville

                                        Super pouvoir : protège la biodiversité des effets de l’urbanisation

Les jardins en ville ont un rôle particulièrement important pour augmenter la biodiversité dans les milieux urbanisés. En substance, la présence des jardins, aussi petits soient-ils, atténue significativement les effets délétères de l’urbanisation sur la plupart des papillons recensés et autres insectes. Les scientifiques prouvent notamment que les jardins les plus bénéfiques aux « papillons des villes » sont les plus sauvages, les plus nourrissants et exempts de tout produit phytosanitaire.

 


Les mangroves, super-bouclier contre les ouragans et les tsunamis

Super pouvoir : bouclier réducteur anti-vague

Les mangroves sont des forêts tropicales sur les bords des fleuves et de la mer composées de palétuviers. Ces plantes avec leurs racines-échasses forment une "forêt-galerie" sombre aux pieds trempés abritant d’innombrables oiseaux, singes, poissons, crevettes, crabes... Les mangroves ont le pouvoir de créer un rempart extrêmement résistant, même sur la vase et le sable ! Ce super-bouclier végétal divise par quatre la hauteur des vagues par kilomètre de mangrove parcouru. Même les gigantesques raz-de-marée perdent 5 à 50 cm/km de mangrove !

 


Les marais salants, protection de la côte des tempêtes et des submersions

                                        Super pouvoir : rempart anti-tempête

Les marais salants s’étendent le long des côtes du littoral et accueillent sous forme de mosaïque d’eaux salées et saumâtres, de prairies humides, de canaux, de buttes urbanisées et de forêts humides. Lorsque le vent et les vagues se déchainent et partent à l’assaut des terres, le super-marais se dresse face à la colère des éléments ! Trois fois plus fort qu’une simple plage, le marais réduit la force des vagues et protège les villes des coups de boutoir destructeurs, de l'érosion, et de l'apport salé de la mer en furie.

 


Des zones humides protègent les maisons en milieux argileux

                                        Super pouvoir : force stabilisatrice de bâtiments

En milieu argileux, l’alternance des épisodes pluvieux et secs pose problème aux architectes : les argiles se gonflent puis se contractent avec des conséquences sur le bâti. Heureusement, en buvant de l’eau en continu les zones humides argileuses stabilisent les argiles : plus de maisons qui s’enfoncent dans le sol, plus de tours qui penchent, plus de murs qui se fissurent ! Mais comme Popeye sans ses épinards, sans eau les zones humides argileuses perdent leur force.

 


Les marais et étangs, anti canicules et anti sécheresses

Super pouvoir : jnjecter de l’eau dans le sol et l’airs

Les marais et les étangs sont de vraies éponges. Une pluie ? Une inondation ? Hop ! Toute cette eau est engloutie dans les creux, la végétation et le sol des mares, marais et étangs. Mais ces gloutons ne sont pas égoïstes et partagent cette eau fraîche. Marais et étangs injectent tout doucement l'eau dans le sol pour abreuver nappes aquifères et rivières et éviter la pénurie d’eau lors des sécheresses. Tout aussi discrètement, ces zones humides libèrent de l’eau dans l'air par évaporation et évapo-transpiration par les plantes, rafraîchissant ainsi l’air lors des canicules.

 


Les prairies humides, anti crues et anti inondations

                                        Super pouvoir : super-absorption et super-frein

Quand viennent les pluies, que les rivières enflent et menacent de déborder dans les villes, les plaines inondables et les prairies humides dévoilent leur pouvoir de super-absorption ! Avant de pouvoir arriver en ville, les rivières en crue débordent dans les zones humides et perdent grandement en volume. Et ce n’est pas tout ! Les plaines inondables et les prairies humides activent leur végétation pour freiner l’eau qui continue de s’écouler vers les villes, laissant ainsi du temps aux populations pour se préparer aux crues.

 


Les tourbières, championnes du stockage du CO2

                                        Super pouvoir : stocker le dioxyde de carbone

Les tourbières sont des milieux couverts d’une mousse, la sphaigne, qui peut absorber le CO2 par photosynthèse et peut le retenir sous forme de carbone. Si les tourbières ne couvrent que 3 % de la surface de la Terre, elles stockent deux fois plus de carbone que les forêts qui couvrent pourtant 30 % des continents ! Cela représente l’équivalent des trois quarts du gaz carbonique de l’atmosphère. Bon, c’est vrai, le super pouvoir des tourbières est très lent. Et comme toutes les zones humides, elles perdent leurs super pouvoirs si elles sont à sec !

 

 

sélection et rédaction réalisée avec le concours de la LPO, la SNPN et l'association Noé.

Photos fournis par :
- LPO : Thibault Lefort (bardane), Gregory Smellinckx (chevêche), Fabrice Cahez (hirondelle), Aurelien Audevard (martinet), Barbelette (orchidée), Yabalex (pétrel)
- Noé : Alfred Brumm (grand paon de nuit), Christophe Quintin (petit-gris), Tony Morris (lichénée), Volkmar Becher (chrysope)
- SNPN : Anagounagi (mangrove), Christian Ferrer (marais salants), Lamiot (étang), Dmitriy Konstantinov (anguille), Silke Befeld (flamant)

Action

Découvrez vite le programme complet des animations proposées sur la Région :

Natureparif, l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, coordonne la Fête de la Nature sur le territoire francilien depuis 10 ans maintenant à la demande de la Région. Elle apporte un soutien aux organisateurs d’évènements (conseils, mise en réseau, partenariats, formations…) et met à leur disposition des outils de communication et pédagogiques que nous vous présenterons bientôt.

La communication de la Fête sur le territoire francilien est soutenue par la RATP, la région Île-de-France et le Comité régional du Tourisme Île-de-France (CRT Île-de-France)

 

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter NatureParif

Saisie de données naturalistes

Cettia IDF
 

Ce site utilise des cookies

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur En savoir plus