Rechercher dans tout le site :



Les Partenaires du Concours 2013

Mis à jour le jeudi 16 mai 2013 12:49

Les partenaires institutionnels

La Convention sur la diversité biologique

La Convention sur la diversité biologique (CDB) est un traité international adopté lors du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992, avec trois buts principaux :

Autrement dit, son objectif est de développer des stratégies nationales pour la conservation et l'utilisation durable de la diversité biologique. Il est considéré comme le document clé concernant le développement durable. La CDB était en décembre 1993 signée par 168 pays[1].
Longtemps, la Convention n'a eu qu'une portée contraignante limitée, mais elle commence, depuis la fin des années 1990, à être appliquée concrètement dans certains pays et communautés supranationales comme l'Union Européenne. Elle contient un rappel d'utilisation des termes dans son article 2. et introduit le principe de précaution.

La Convention sur la diversité biologique de 2004, à Kuala-Lumpur, a insisté sur le besoin de protéger toute la biodiversité, y compris ordinaire, avec donc le besoin d'instruments « combinant la gestion des réseaux d’aires protégées, des réseaux écologiques et des zones qui ne font pas partie de ces réseaux » [5].

La 8e Conférence des parties, à Curitiba en 2006 a été encore plus précise en rappelant l'urgente nécessité de conserver la biodiversité aux échelles génétiques, en recommandant notamment aux parties de rendre obligatoire l’évaluation d’impact sur l’environnement pour « les activités dans les corridors écologiques identifiés comme importants pour les processus écologiques ou évolutifs » afin notamment de mieux résister aux conséquences des modifications climatiques.

La 10e Conférence des parties, à Nagoya en octobre 2010, a adopté le protocole de Nagoya, qui adresse notamment les points suivants :

  • un meilleur accès aux ressources génétiques et un partage plus équitable des avantages issus de leur utilisation (lutte contre la « Biopiraterie ») ;
  • l'adoption d'un plan stratégique 2011-2020, avec 20 sous-objectifs quantifiés, dont un objectif de suppression en 2020 des subventions dommageables à la biodiversité ou la création d’un réseau d’espaces protégés couvrant au moins 17% de la surface terrestre et 10% des océans ;
  • un accord pour la création d'une plateforme inter-gouvernementale IPBES (qui sera l'équivalent du GIEC pour la biodiversité) ;
  • une mobilisation de ressources financières pour appliquer cette stratégie.

Le secretariat de la convention sur la diversité biologique soutient le concours « capitale française de la biodiversité ».


Le ministère de l’Ecologie

 Actions en faveur de la biodiversité :

Nos actions se regroupent autour de trois idées fortes : mieux connaître, mieux expliquer, mieux préserver la biodiversité. Plusieurs dispositifs, récents ou à venir, permettent d’illustrer ces objectifs.

Tout d’abord, nous avons lancé en 2010, à l’occasion de l’Année internationale de la biodiversité, la constitution d’atlas locaux de biodiversité, qui permettront à la fois de sensibiliser les élus et la population à une échelle locale et de réaliser des inventaires ciblés répondant aux principaux enjeux de la commune. A partir de cette connaissance les communes peuvent bâtir ensuite un plan d’action.

Mieux expliquer la biodiversité, c’est la fêter ! La Fête de la Nature sera à cet égard une opportunité extraordinaire. De nombreux évènements seront prévus sur tout le territoire. Chacun d’entre nous pourra sortir de chez lui et se promener dans la nature la plus proche. La fête de la nature sera un évènement fédérateur, avec un éclairage particulier cette année sur la forêt, les chauves-souris et l’outre-mer puisque 2011 est placée sous cette triple célébration.

Expliquer pour mieux préserver. C’est la Stratégie nationale de la biodiversité. Après une première stratégie adoptée en 2004, nous avons lancé en 2010 le processus de révision pour une adoption officielle le 22 mai prochain à l’occasion de la Journée mondiale de la biodiversité. Cette stratégie a l’ambition d’être une stratégie par et pour tous les acteurs (Etat, collectivités, entreprises, associations, citoyens) : chaque partenaire qui le souhaite sera invité à parapher la déclaration d’adhésion à la SNB pour déclarer ses engagements concrets.


Association des Maires de France (AMF)

Créée en 1907, reconnue d’utilité publique dès 1933, l’AMF est aux côtés des maires et des présidents d’intercommunalité, dans le respect des valeurs et des principes qui ont prévalu depuis sa création : défense des libertés locales, appui concret et permanent aux élus dans la gestion au quotidien, partenariat loyal mais exigeant avec l’Etat pour toujours mieux préserver les intérêts des collectivités et de leurs groupements.

34 486 maires et 1 481 présidents d'EPCI en sont aujourd'hui adhérents

Actions en faveur de la biodiversité :

La préservation de la biodiversité est une cause vitale pour notre humanité. En réalité, à travers la protection du climat c’est pour une grande part la biodiversité que l’on cherche à sauver.

Elle fait donc partie des préoccupations fortes de l’AMF. L’association encourage notamment les collectivités locales à mettre en œuvre des actions en faveur de la biodiversité et plus généralement du développement durable à travers d’agendas 21 locaux.

La Charte des maires pour l’environnement élaborée en 2007 par l’AMF afin d’aider les communes à construire des actions de développement durable sur leurs territoires fait une place importante à la biodiversité.

Le 4ème axe de la Charte encourage les élus à « protéger la biodiversité » par des actions variées telles que le développement d’espaces naturels en zone urbaine ou la réalisation d’inventaires du patrimoine naturel. A travers de nombreux partenariats, l’AMF veille à sensibiliser les communes et à promouvoir des initiatives exemplaires.

A titre d’exemple ; l’AMF a produit avec l’Ademe un guide des collectivités écoresponsables (en accès libre sur le site Internet de l’AMF). Cet ouvrage présente, à travers de nombreux exemples, des actions qui peuvent être facilement mises en place afin d’œuvrer pour la préservation de notre environnement.

Association des Maires de France

Marie-Hélène Galin - Communication

01 44 18 51 91

Mail: mhgalin@amf.asso.fr

Site : http://www.amf.asso.fr/


Association des Maires des Grandes Villes de France (AMGVF) 

L'association des Maires de Grandes Villes de France a été la première association spécifique à être créée (en 1974) et à permettre aux groupements de communes à fiscalité propre d’adhérer au même titre que les communes. Elle a été fondée en raison de la spécificité des problèmes des grandes villes et de leurs groupements et de la volonté de leurs élus de rechercher ensemble des solutions communes.

L'Association des Maires de Grandes Villes de France est une association pluripolitique composée actuellement de 98 membres comptant au moins 100 000 habitants : des communes (au nombre de 49, soit 50 %) et des groupements de communes à fiscalité propre (au nombre de 49, soit 50 %).

L'objectif prioritaire de l'Association des Maires de Grandes Villes de France est de promouvoir la dimension urbaine dans la société française, sous toutes ses formes : économiques, culturelles, politiques, etc. Il vise, notamment à sensibiliser cette dernière aux problèmes des grandes villes et agglomérations et aux solutions à y apporter.

L’une des vocations premières de l’Association des Maires de Grandes Villes de France est d’être un lieu d’échange d’expériences et de partage de bonnes pratiques entre les responsables des grandes villes et de leurs groupements.

L’association est administrée par un Bureau de 25 membres et est dotée de 14 commissions thématiques. Elle communique chaque semaine son point de vue sur l’actualité, par le biais de Grandes Villes Hebdo

Anne LABORIE
Chargée de mission Développement Urbain Durable, Environnement
a.laborie@grandesvilles.org
01 44 39 34 61
http://www.grandesvilles.org/


Association des communautés urbaines de France (ACUF) 

Créée en 1985 sous l'appellation d'Association des Présidents des Communautés urbaines, elle regroupe aujourd'hui les 16 communautés urbaines et métropoles de France. 2002 marque une étape importante pour l'Association qui dispose d'un lieu de rencontre et de coordination à Paris, animé par son délégué général, Olivier Landel.

Confronter les expériences propres aux communautés urbaines et métropoles et les positionner comme acteurs incontournables de l’organisation des territoires, telle est aujourd’hui la double ambition de l’Association des Communautés urbaines de France. Elle s’appuie, en particulier, sur les réflexions de groupes de travail thématiques. Chacun d’eux rassemble les seize professionnels de chaque communauté urbaine et métropole, autour de sujets tels que les finances, les ressources humaines, l’habitat, la communication, l’organisation institutionnelle, les achats publics, le développement durable, les systèmes d’information, l'urbanisme et l'aménagement, etc.

Ces groupes poursuivent un triple objectif :

  • Mettre en réseau les 16 communautés urbaines et métropoles et faciliter leurs échanges d’information et de compétence ;
  • Faire émerger des propositions réglementaires et législatives permettant de résoudre les problèmes rencontrés ou de faire évoluer le cadre institutionnel à partir des réflexions de ces groupes de travail, du suivi de l’actualité réglementaire et législative et des sollicitations issues de nos partenaires (ministère, association d’élus, …) ;
  • Faire connaître et valoriser les actions des communautés urbaines et métropoles, en particulier auprès des institutionnels pour faciliter l’atteinte des objectifs de la deuxième mission et faire en sorte que leurs problématiques soient prises en compte par leurs partenaires (en particulier l’Etat et les autres collectivités locales).

L’association met à leur disposition des outils qui sont autant de lieux de ressources et d’échanges : site Internet, Intranet, bases de données budgétaires et fiscales, base de données des compétences, répertoire des activités, lettre d’information financière, etc.

Les directeurs généraux des services participent aux réflexions menées par les groupes puis formulent des propositions à partir de leurs travaux. Les seize présidents adoptent les résolutions qui positionnent les communautés urbaines et métropoles au regard des grands enjeux auxquels elles sont confrontées (réforme territoriale, réforme de la fiscalité locale, Grenelle de l’environnement, etc.).

www.communautes-urbaines.com

Philippe Angotti, Chargé de mission

 2 rue de Villersexel - 75007 PARIS

Tél : 01 42 22 19 19 / angotti@communautes-urbaines.com


La Fédération des Villes Moyennes (FVM)

 

Association présidée par Christian Pierret, ancien ministre, maire de Saint-Dié-des-Vosges, la Fédération des Villes Moyennes (FVM) regroupe les maires des villes centre dont la population est comprise entre 20 000 et 100 000 habitants ainsi que les présidents des intercommunalités qui intègrent une ville moyenne.

La FVM identifie et étudie les spécificités des villes moyennes et de leurs agglomérations, pôles urbains d’équilibre entre les métropoles régionales et les territoires ruraux, qui sont des lieux de convergences et de mobilisation des énergies urbaines et rurales, où la qualité de vie constitue un facteur fort d’attractivité.

Organe de réflexion et de conseil, la FVM est une force de proposition pour la défense et la reconnaissance des villes moyennes et de leurs intercommunalités. 

Paritaire dans ses instances de décision, la FVM compte aujourd’hui près de 200  adhérents.

Contact / Fédération des Villes Moyennes (FVM)

94 rue de Sèvres

75007 Paris – France

Tél. : +33 1 45 44 99 61

Fax : +33 1 45 44 24 50

Jean-Sébastien Sauvourel, Chargé de mission

fvm@villesmoyennes.asso.fr

www.villesmoyennes.asso.fr


Les régions soutiennent le concours

Les régions Aquitaine, Basse-Normandie, Bretagne, Centre, Ile-de-France, Midi-Pyrénées, Nord-Pas de Calais, Provence-Alpes-Côte-d’Azur et Rhône-Alpes participent à l’organisation, la diffusion et la promotion du concours et accueillent sur leur territoire une journée de sensibilisation sur la biodiversité et la nature en ville, organisée autour d'interventions du Conseil régional, de scientifiques, d'associations naturalistes et de témoignages de collectivités de la région afin de partager leurs bonnes pratiques.


Avec le soutien de notre partenaire mécène

GrDF (Gaz Réseau Distribution France)

Activité :Distributeur de gaz naturel

Nombre d’employés : 12 000

Dès 2009, afin de réduire significativement son empreinte écologique, GrDF a fait de la préservation de la biodiversité une priorité de sa politique de Développement Durable.

Actions en faveur de la biodiversité :

GrDF s’engage concrètement pour contribuer à la lutte contre l’érosion de la biodiversité. Début 2010, GrDF a initié la construction d’une méthodologie et d’outils opérationnels permettant de préserver la biodiversité lors de ses travaux sur le réseau de gaz naturel (raccordement, extension et maintenance). GrDF mène ce projet en co-construction avec  le Muséum d’Histoire Naturelle (MNHN), dans le cadre d’un partenariat scientifique, et avec la direction de la recherche de GDF SUEZ.La méthodologie doit permettre aux bureaux d’études de GrDF d’évaluer, le plus en amont possible de la réalisation des travaux, la nécessité de mettre en place, à chaque fois que nécessaire, un plan d’actions spécifique et ainsi adapter les modes opératoires en fonction de la sensibilité écologique des milieux selon la logique « éviter, réduire, compenser » (les atteintes à la biodiversité). Après une première phase d’expérimentation dans la région Nord-Pas-de-Calais Picardie et suite à des résultats encourageants, une seconde phase est prévue en 2011 dans la région Méditerranée.

Un engagement prolongé par des partenariats ciblés :

Fort de son ancrage territorial, GrDF soutient des initiatives qui visent à préserver ou restaurer la biodiversité au cœur des villes. Ces partenariats sont une opportunité supplémentaire de tisser des liens avec les collectivités territoriales fortement impliquées en matière de biodiversité et d'agir ensemble pour l'aménagement durable des territoires. GrDF est ainsi partenaire de la Fédération Nationale des Jardins Familiaux et Collectifs pour l’implantation de jardins partagés dans la ville qui réinstallent de la nature en ville, tout en retissant du lien social, notamment dans des zones de rénovation urbaine ou des éco-quartiers. GrDF soutient également l’action du Réseau Cocagne pour la création de nouvelles d’exploitations maraîchères biologiques, qui permettent également la création d’emplois d’insertion professionnelle. Ce partenariat a déjà permis à 15 nouvelles exploitations de voir le jour depuis la fin 2009, créant ainsi plus de 360 emplois en insertion.  GrDF est aussi partenaire de l’Union Nationale de l’Apiculture Française, dans le cadre du programme « Abeille sentinelle de l’environnement 8 ruchers seront installés dans différents sites de l’entreprise en France, de 2010 à 2013. Cela représentera un total de 50 ruches. Les abeilles y seront suivies toute l'année par des apiculteurs professionnels appartenant à l'UNAF.

Pourquoi avez-vous décidé d’être partenaire à ce concours ?« La biodiversité est au cœur des enjeux du XXI° siècle. GrDF a décidé de contribuer, à son niveau, à sa préservation. L’entreprise promeut une approche globale des projets dans lesquels elle est impliquée, considérant comme un tout les problématiques énergétiques, les enjeux économiques, sociétaux et environnementaux. Le concours « Capitale française de la biodiversité » permet de valoriser et de faire connaître les initiatives prises par les municipalités et les communautés de communes en faveur de la conservation de la nature en milieu urbain dans 3 domaines : intégration de la biodiversité dans les politiques d’aménagement du territoire, politiques de gestion et de suivi de la biodiversité locale, et les actions en matière de  « biodiversité et citoyenneté ».  Une démarche proche des valeurs de GrDF, engagé au quotidien aux côtés des collectivités territoriales pour accompagner leurs projets d’aménagement durable et leurs actions d’amélioration du cadre de vie. »


Les partenaires opérationnels

Opie (Office pour les insectes et leur environnement)          

Activité : encourager la pratique de l'entomologie et développer les études sur les insectes, en particulier sous leurs aspects écologiques, vers tous les publics. L’Opie s’attache à développer des supports de diffusions des connaissances, des activités pédagogiques, des formations professionnelles, des inventaires et des études pour une meilleure conservation des insectes et de leurs milieux. L’Opie est représenté en région par 1 antenne et 5 associations. Depuis plus de 40 ans, l’Opie occupe une place privilégiée au carrefour de l'ensemble des activités entomologiques en France et de l’éducation à l’environnement sur le thème des insectes.

Nombre d’employés : 15 salariés (Opie national)

Nombre de membres / adhérents : environ 2 100 (association loi 1901 agréée au titre de l’environnement et des associations éducatives complémentaires de l’enseignement public)

Actions en faveur de la biodiversité :

C’est la motivation même de la création de l’association en 1969 : promouvoir le rôle indispensable des insectes au sein de la biodiversité ! Notre action a donc toujours été centrée sur l’importance du rôle que jouent les insectes à tous les étages de la biodiversité. Qu’ils soient des indicateurs de la qualité écologique des milieux naturels, qu’ils jouent un rôle essentiel dans le recyclage de la matière ou dans les cycles biologiques - comme le font les pollinisateurs ou les insectes auxiliaires - ils jouent un rôle capital souvent ignoré. Permettre au plus grand nombre de le découvrir et d’en prendre conscience est un pas essentiel dans le changement des mentalités. C’est une des approches qui garantie leur préservation et celle des écosystèmes.  Nos activités s’articulent autour de 4 axes principaux :-Éducation à l’environnement vers un développement durable : tout au long de l'année, notre équipe pédagogique rencontre plus de  6000 scolaires (maternelles, élémentaires et secondaires), des centres de loisirs et des particuliers afin de découvrir le monde des insectes et de se familiariser au respect de l'environnement. Nous prenons part à de nombreuses manifestations et sommes membre de la Fête de la nature. Depuis 2010, nous sommes engagés avec le MNHN dans le programme de science participative Spipoll – devenez paparazzi des insectes pollinisateurs. -Études et conservation : l’Opie est reconnu comme expert en ce qui concerne la conservation des insectes et joue un rôle majeur auprès des collectivités et du ministère de l’environnement, afin d'améliorer la prise en compte de cette biodiversité dans les politiques publiques et les plans de gestions des espaces naturels, agricoles et urbains. Depuis 2010, nous portons les Plans nationaux d’actions pour les papillons Maculinea et les libellules (Odonates).

-Formation professionnelle : l’Office est agréé pour dispenser des formations professionnelles à destination des enseignants et des professionnels de la nature. Chaque année, ces stages permettent aux participants de trouver une ressource devenue très rare pour pouvoir appréhender au mieux les insectes dans leur activité.

-Édition et publications : la revue trimestrielle de l’Opie, Insectes, est incontournable, autant pour les amateurs que pour les spécialistes. Notre site internet – www.insectes.org - quant à lui, ne cesse de s'enrichir d'informations pour tous les publics. Les études conduites par l'Opie donnent également lieu à la publication de nombreux rapports d'études.

Samuel Jolivet, samuel.jolivet@insectes.org, Directeur

La Maison des Insectes – chemin rural n°7, BP 30 - 78041 Guyancourt cedex - 01.30.44.13.43 - Site: www.insectes.org


L’Union Nationale de l’Apiculture Française (UNAF)

Activité : Représentation Syndicale des apiculteurs et des produits de la ruche en France
Nombre d’employés : 8

Nombre d’adhérents : environ 22 000 adhérents (association loi 21 mars 1884)

L'Union Nationale de l'Apiculture Française a été créée au lendemain de la guerre, en 1946, à l'initiative de quelques apiculteurs, professionnels pour la plupart, dans le but d'édifier une structure syndicale unifiée de la profession et de constituer un interlocuteur solide auprès des pouvoirs publics. Structure d'information, de formation, de promotion des produits apicoles, elle affronte les crises successives du marché, s'oppose aux concurrences déloyales, intervient avec efficacité dès les années 70 dans le dossier des pesticides et favorise l'émergence de l'apithérapie. L'Union Nationale de l'Apiculture Française défend sans relâche les intérêts des apiculteurs. En 2005, L'UNAF lance le programme national "L'Abeille, sentinelle de l'environnement" destiné à informer le grand public sur les effets dévastateurs liés à l'utilisation massive de pesticides dont les conséquences sur les abeilles et la faune pollinisatrice ne sont toujours pas véritablement étudiées. De très nombreuses collectivités et entreprises soutiennent ce programme et ont signé la Charte « Abeille, sentinelle de l’environnement »

Actions en faveur de la biodiversité :

L’UNAF est engagée pour la défense et la sauvegarde des abeilles notamment dans la lutte contre l’utilisation de produits phytosanitaires nocifs pour l’abeille. Sur tout le territoire français, depuis 2005, l’UNAF a obtenu le retrait des pesticides GAUCHO (matière active : imidaclopride) en enrobage de semences sur tournesol et maïs, produit par Bayer et du pesticide REGENT (matière active : fipronil) en enrobage pour tout usage, produit par BASF Agro. Nouvelle victoire pour l’UNAF, avec l’annulation des décisions du ministère de l’Agriculture d’autoriser le pesticide CRUISER® 350 du Laboratoire Syngenta en 2008, 2009, 2010, à l’audience du Conseil d’Etat, le 24 Janvier 2011.L’UNAF initiatrice d’actions de sensibilisation, lance en juin 2010, APIdays, les premières Journées Nationales du programme « l’Abeille sentinelle de l’environnement ». ». Dans toute la France, des collectivités : Régions, Départements, Communautés d’Agglomération, Villes et Partenaires privés organisent une Fête autour de leur Récolte de miel, associant le grand public, les apiculteurs et de très nombreux acteurs environnementaux. Ce rendez-vous annuel est l’occasion de rappeler le rôle essentiel de l’abeille en tant que pollinisateur et acteur indispensable de la préservation de notre biodiversité tant en ville que dans nos campagnes.

L’UNAF est aussi partenaire des organismes de recherches tels que l’INRA, le CNRS, SUPAGRO, ENVA. Enfin, l’UNAF est membre du Haut Conseil des Biotechnologies au sein du comité économique, éthique et social.

Olivier Belval, Président de l’Union Nationale de l'Apiculture Française

Justine de Schepper , Coordinatrice Paris

Site : www.unaf-apiculture.info/

26, rue des Tournelles - 75004 Paris

01 48 87 47 15

Fax: 01 48 87 76 44


Fondation WWF France 

Activité :Depuis 50 ans, le WWF œuvre pour mettre un frein à la dégradation de l'environnement naturel de la planète et construire un avenir où les humains vivent en harmonie avec la nature, en conservant la diversité biologique mondiale, en assurant une utilisation soutenable des ressources naturelles renouvelables et en faisant la promotion de la réduction de la pollution et du gaspillage.

Nombre d'employés : 87

Actions en faveur de la biodiversité :

Face aux atteintes répétées contre la planète et ses habitants, le WWF France agit au quotidien depuis 1973, avec ses 3 000 bénévoles et le soutien de plus de 170 000 membres, afin de :

Protéger et restaurer les écosystèmes d’eau douce,  les marais, les forêts, les océans, les côtes et les populations d’espèces animales et végétales qui y vivent  (poissons migrateurs, grands singes, mammifères marins, tortues marines, grands carnivores...) ;

Contribuer à une gestion durable des ressources naturelles issues de ces milieux (bois, produits de la mer, eau) ;

Limiter le gaspillage et les pollutions (gaz à effet de serre et molécules toxiques).

Il assure la promotion de modes de vie durables, à travers des publications et ouvrages et la promotion d’un urbanisme et un habitat plus durables.

Enfin, il est engagé dans de nombreuses actions d’éducation à l’environnement auprès des jeunes publics.


Nathalie Luzeiro

1, carrefour de Longchamp

75016 Paris

Tel : 01 55 25 84 68

nluzeiro@wwf.fr


Les partenaires techniques

L'association des Ingénieurs Territoriaux de France (AITF)

L'association des Ingénieurs Territoriaux de France, forte de près de 5000 membres, représente le plus grand réseau d'échanges et de capitalisation d'expériences au service de l'aménagement et du développement territorial. Implantée dans chaque région,  l'AITF joue un rôle essentiel de prescripteur en matière d'étude et de recherche grâce notamment à l'expertise de ses 18 groupes de travail.


 Association française des ingénieurs écologues (AFIE)

Etablie depuis 1979, l’AFIE est constituée de professionnels travaillant dans le secteur de l’écologie appliquée au sein de bureaux d’études, de collectivités territoriales, de services de l’état, d’établissements publics, de laboratoires de recherche, d’établissements d’enseignement supérieur, d’ONG et d’entreprises.

L’AFIE se donne vocation à promouvoir des compétences et des savoir-faire de pointe en ingénierie écologique dans le souci de prise en compte des enjeux de préservation du patrimoine naturel français dans tous les secteurs d’activités.

Les adhérents de l’AFIE ont un accès à des offres d’emploi envoyées par les membres du réseau, des ressources documentaires récentes sur des sujets techniques, au réseau régional des ingénieurs écologues de France, aux projets collaboratifs sur des thèmes à enjeux, et encore d’autres informations.


Le Centre National de la Fonction Publique Territoriale (CNFPT) – INSET Montpellier

Le CNFPT est un établissement public paritaire déconcentré dont les missions de formation et d’emploi concourent à l'accompagnement des collectivités territoriales et de leurs agents dans leur mission de service public.

L’institut national des études territoriales (INET) et les quatre INSET forment le réseau de l’expertise territoriale, réseau prenant en compte l’ensemble des problématiques des collectivités locales.

Ces instituts ont une double vocation territoriale et thématique :

•   territoriale, puisqu’ils rayonnent chacun sur une partie du territoire national,

•   thématique, puisque chaque institut développe à l’échelle nationale une expertise sur un grand champ de l’action publique locale : L’INSET de Montpellier traite des services techniques urbains et infrastructures publiques.

L’expertise de chaque institut bénéficie à l’ensemble du réseau : chaque institut propose une offre  de  formation en direction des cadres A couvrant l’ensemble de ces champs.


Le comité français de l’IUCN

 

 

Créé en 1992, le Comité français de l’UICN est le réseau des organismes et des experts de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature en France.

Il regroupe au sein d’un partenariat original 2 ministères, 13 organismes publics, 40 organisations non gouvernementales et plus de 250 experts réunis en commissions spécialisées et en groupes de travail thématiques.

Par cette composition mixte, il est une plate-forme unique de dialogue et d’expertise sur les enjeux de la biodiversité, associant également les collectivités locales et les entreprises.

Le Comité français de l’UICN s’est fixé deux missions principales : répondre aux enjeux de la biodiversité en France et valoriser l’expertise française à l’international.

Comité français de l’UICN.

www.uicn.fr

26, Rue Geoffroy Saint-Hilaire

75005 Paris

Valérie Moral, Chargée de mission  « Collectivités territoriales & Biodiversité »

Ligne directe : +33 (0)1.40.79.37.49 / valerie.moral@uicn.fr


Entreprise Territoire et Développement (Etd)

Nouvelle présentation ETD

Activité : Centre de ressources du développement territorial
Nombre d’employés : 25
Nombre de membres : 180 collectivités et territoires

Centre de ressources national, Etd réalise des études dans différents champs du développement territorial qui associent systématiquement des collectivités et selon les thèmes, des partenaires spécialisés (ministères, têtes de réseaux etc.). Elle peut ainsi identifier les besoins des acteurs de terrain et interpeller les pouvoirs publics sur des sujets émergents. Grâce à un travail de décryptage des politiques publiques, Etd favorise leur appropriation et leur mise en œuvre par les acteurs locaux. Son expertise et ses préconisations méthodologiques sont diffusées via des publications et un ensemble de services. L’association bénéficie du soutien de la Datar et de la Caisse des dépôts et comprend 4 catégories d’adhérents : collectivités, Régions, Départements, associations d’élus et réseaux nationaux

Actions en faveur de la biodiversité :

Etd mène des travaux d’observation et d’analyse sur la nature en ville, à partir des stratégies et pratiques des territoires. Les résultats de ces travaux font l’objet de publications, téléchargeables, et de journées d’échanges et d’information, dont la prochaine est prévue le 24 mars 2011. Etd a contribué également, à l’élaboration du  plan national "restaurer et valoriser la nature en ville » et s’investi aujourd’hui dans plusieurs actions du plan. Par ailleurs, le dernier numéro de la revue d’Etd, « T comme territoire », consacre un dossier central de 36 pages, à la nature en ville. Publications, journées d’échanges, « T comme territoires » sont accessibles sur www.projetdeterritoire.com.

Pourquoi avez-vous décidé d’être partenaire de ce concours ?

Etd est partenaire du concours pour la quatrième année. Ce projet s’inscrit pleinement dans les missions d’Etd qui sont la mobilisation des collectivités sur les enjeux du développement durable et leur accompagnement dans leur mise en œuvre opérationnelle. De plus, l’expérience d’Etd dans la conduite des concours et des appels à projets nationaux et européens, fait de l’association un contributeur technique naturel.

Tiphaine Kervadec
Chargée de mission, pôle Urbanisme & Environnement-Énergie
t.kervadec@etd.asso.fr| LD. 01.43.92.67.87
30 rue des favorites, 75015 Paris, www.projetdeterritoire.com


IDEAL Connaissances


Activité : Mutualisation des connaissances des collectivités

Nombre d’employés : 45  

Médiateur des pratiques existantes et émergentes, IDEAL Connaissances a pour vocation d’accompagner l’échange de savoir-faire des collectivités territoriales et de leurs prestataires sur tous leurs domaines.

Convaincu de la nécessité de capitaliser l’intelligence collective, IDEAL a fondé les premiers réseaux professionnels des collectivités territoriales, pour répondre à leurs besoins quotidiens, en développant 2 activités principales : l'animation de communautés professionnelles (mise en réseau sur le web, plus de 40 communautés) et la formation professionnelle des collectivités (mise en relation physique) via des séminaires de formation (en présentiel ou à distance, 180 par an, de 30 à 120 personnes) et l'organisation de colloques nationaux (25 par an, 150 à 5 000 participants). 

Actions en faveur de la biodiversité :

IDEAL Connaissances anime depuis 2002 le Réseau Espaces Naturels & Biodiversité.

Cette communauté professionnelle fédère plus de 1100 utilisateurs (340 collectivités dont 87 Conseils généraux) en charge de la gestion des espaces naturels et de la préservation de la biodiversité.

Elle a pour objectifs de mutualiser les savoir-faire, d’échanger les réflexions et d’instaurer une démarche de travail collaboratif. Pour ce faire, et permettant ainsi aux collectivités de gagner en efficacité dans leurs actions quotidiennes, elle met à leur disposition une plate-forme informatique (www.reseau-en.net), organise des colloques et journées d’échanges thématiques.

Hafsa LOGEROT
Animatrice de communautés professionnelles
Réseaux Espaces VertsEspaces Naturels & Biodiversité
Idéal Connaissances - 93 av. de Fontainebleau - 94276 Le Kremlin-Bicêtre
01 45 15 08 60

Fax : 01 45 15 09 00
Mail : h.logerot@idealconnaissances.com


Plante & Cité

Activité : Plante & Cité est le centre technique national d'études et d'expérimentations sur les espaces verts et le paysage reconnu par l'interprofession Val'hor et par les ministères en charge de l'agriculture (MAAPRAT) et de l'Ecologie (MEEDDTL).

Nombre d'employés : 8

Nombre d'adhérents : 450 adhérents, dont plus d'une centaine ville parmi lesquelles Angers, Dijon, Le Havre, Lille, Metz, Montpellier, Orléans, Paris, Perpignan, Reims, Rennes, Saint Etienne, Versailles...

Initié à Angers, dans le cadre de VEGEPOLYS, pôle de compétitivité du végétal, Plante & Cité s'est construit en partenariat avec les établissements de recherche, les services des espaces verts des collectivités et les entreprises de l'horticulture et du paysage. Créée en 2006, l'association bénéficie du parrainage de l'Association des Maires de France (AMF). Elle est présidée par Jean-Claude Antonini, maire d'Angers ; Le premier vice-président est François de Mazières, maire de Versailles ; le second vice-président est Eric Lequertier, directeur d'une entreprise de paysage.

Plante & Cité développe la recherche et l'expertise pour apporter des réponses nouvelles et innovantes pour l'aménagement et la gestion des espaces verts en phase avec le développement durable.

Les missions de Plante & Cité :

-Acquérir de nouvelles références en organisant des programmes d'études, d'expérimentations sur des thèmes décidés en commun.

-Mutualiser les savoirs par une veille scientifique et technique par des échanges de connaissances et de pratiques entre les adhérents.

-Innover pour le développement durable pour accompagner l'évolution des pratiques professionnelles dans le respect de l'environnement.

 

Actions en faveur de la biodiversité :

Plante & Cité coordonne plusieurs programmes d'études et  d'expérimentations dans le cadre de sa thématique « Ecologie urbaine et gestion de la biodiversité ». Les résultats de ces programmes qui  concernent notamment la gestion des bois urbains, l'acceptation de la flore spontanée, les trames vertes, sont valorisés sous forme de fiches de synthèse, de résultats d'expérimentations, de réalisations originales et de prescriptions techniques sur la plateforme informatique.

Ludovic PROVOST

Chargé de communication

02.41.72.38.15/ www.plante-et-cite.fr

Mail: ludovic.provost@plante-et-cite.fr


Les partenaires médias

Environnement Magazine


Activité : édition de publications sur l’environnement (print et web)

Nombre d’employés : 38

Actions en faveur de la biodiversité :

En tant que titre de presse spécialisée sur le secteur de l'environnement depuis un grand nombre d'années (le titre a été créé en 1845 sous l'appellation Les Annales des Chemins) nous n'avons jamais cessé de parler de biodiversité et de sensibiliser les acteurs industriels et institutionnels, nos lecteurs. Exemples : au tournant du XXème siècle, les Annales ont publié une étude sur le dépérissement des arbres qui bordaient les routes fraichement goudronnées, en 1992 une enquête de la revue, devenue Environnement Magazine, a rendu public l'étrange gestion du Marais Poitevin qui bénéficiait du statut de PNR et de ses aides, tout en recevant des subventions du Ministère de l'agriculture pour l'assèchement du marais. Enfin chaque numéro aide le lecteur à mieux comprendre la biodiversité et, pourquoi pas, la quantifier de façon rationnelle.

Victoires Editions

Charles-Henry Dubail

Directeur de la Publication ENVIRONNEMENT MAGAZINE

 01 53 45 89 12 / 13
Fax : 01 53 45 91 83
ch.dubail@victoires-editions.fr

Techni.Cités

 

Le magazine des cadres techniques de la fonction publique

Un bimensuel de 100 pages, qui traite de l’actualité technique et innovante, juridique, statutaire, réglementaire, et représente un outil de formation professionnelle permanente et de mobilité.

S'appuyant sur un réseau d'auteurs issus principalement de directions de services techniques et en prise avec la réalité du terrain, le magazine a comme principaux objectifs de contribuer au maintien des services publics efficaces et efficients en offrant aux lecteurs une information professionnelle parfaitement fiable, et de valoriser les métiers de la filière technique de la FPT.

Techni.cités

BP 215

58 cours Becquart Castelbon

38506 VOIRON cedex

Tél. : 04 76 93 71 03

http://www.technicites.fr

Pour aller plus loin avec cet article

Consultez les autres ressources de notre site Internet qui abordent les sujets en relation avec cet article. Cliquez sur le [+] à côté de chaque mot-clé pour afficher les articles correspondants :

 

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter NatureParif

Saisie de données naturalistes

Cettia IDF
 

Ce site utilise des cookies

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur En savoir plus