Rechercher dans tout le site :



Saint-Ouen-sur-Morin et Saint-Cyr-sur-Morin : une biodiversité patrimoniale dévoilée

Mis à jour le jeudi 13 septembre 2012 10:58

En juin dernier, Natureparif, conviait  les naturalistes franciliens à prendre part à
un « Inventaire éclair » sur deux communes situées au coeur
du projet de Parc Naturel Régional Brie et deux Morin en Seine-et-Marne.
Découvrez dès à présent les résultats de cette opération,
qui seront rendus public lors d’une réunion le 22 novembre prochain.

Un inventaire éclair : mais pour quoi faire ?

Le 18 juin 2011, Natureparif, l’Agence pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, réunissait plus d’une cinquantaine de naturalistes (botanistes, entomologistes, malacologues, mycologues, bryologues, ornithologues…) à  Saint-Ouen-sur-Morin et Saint-Cyr-sur-Morin pour une journée de recensement des espèces présentes sur les milieux naturels (et bâtis) du secteur.
Un objectif principal : valoriser la richesse biologique de ce territoire, jusqu’alors méconnue par manque de prospection, avant la création du Parc Naturel Régional. Et par là même, démontrer qu’une biodiversité insoupçonnée peut se rencontrer aussi à deux pas de chez nous, en Île-de-France. Cette journée était également l’occasion pour les scientifiques présents d’échanger, de partager leurs connaissances, de créer des synergies entre les différentes spécialités étudiées…
Ces objectifs ont-ils été atteints ? Une réunion de restitution, en présence de Liliane PAYS, présidente de Natureparif et d’Alain AMEDRO, Vice-président du Conseil régional d’Île-de-France en charge de l’aménagement du territoire, permettra d’en informer le public le mardi 22 novembre 2011 à l’Auberge Sainte Catherine (22 rue madame renoux prieux 77510 Doue) de 19h à 21h (suivie d’un buffet). Mais découvrons les résultats de cet inventaire sans plus attendre…

Une biodiversité patrimoniale démontrée : plus de 600 espèces recensées

Malgré un temps pluvieux, plus de 630 espèces ont été inventoriées par les naturalistes sur les deux communes  en une journée ! Un très bon « score » puisque, à titre de comparaison, c’est à peu de chose près le nombre d’espèces répertoriées dans la Réserve Naturelle du Marais de Stors (Val d’Oise) au cours des 20 dernières années. Et l’analyse détaillée des résultats obtenus laisse place à quelques surprises…

Une photographie instantanée de la flore locale

Avec 336 espèces dénombrées, les plantes représentent sans surprise la plus grande part des espèces inventoriées sur le site (plus de 50% d’entre elles). Quelques espèces remarquables ont été identifiées : citons par exemple le très rare Laîche à épis grêle (Carex strigosa), déjà connu sur le secteur de l’Orxois en Seine-et-Marne, mais seulement observé sur 6 des 514 communes du département (dans la période récente) ; ou encore le Polystic à aiguillons (Polystichum aculeatum), espèce protégée en Île-de-France, ou l’Orpin paniculé (Sedum cepaea), découvert sur le muret d’un jardin privé non loin de la mairie de Saint-Ouen-sur-Morin, qui n’avait tout simplement pas été observé en Seine-et-Marne depuis plus de 20 ans !

La faune locale : des surprises dans les zones humides
Si la pluie a été particulièrement défavorable à l’observation des insectes par exemple, elle n’a gêné en rien les prospections malacologiques qui ont notamment révélé la présence de deux mollusques inscrits en Annexe II de la Directive Habitat-Faune-Flore, relative à la faune d’intérêt communautaire en Europe : le Vertigo de Des Moulins (Vertigo moulinsiana), minuscule escargot des milieux humides, et la Mulette épaisse (Unio crassus), sorte de grosse moule d’eau douce. Ces découvertes viennent confirmer la bonne santé du Petit Morin, classé en Zone Natura 2000, notamment en raison de la présence déjà avérée de deux espèces de poissons (aussi inscrits en Annexe II de la Directive Habitat-Faune-Flore) : la Lamproie de Planer (Lampetra planeri) et le Chabot commun (Cottus gobio).
La surprise la plus inattendue de la journée provient également du Petit Morin, avec la découverte d’une larve d’Aeschne paisible (Boyeria irene) qui serait tout bonnement la première preuve de reproduction de cette libellule plutôt méridionale en Région Île-de-France !

Une richesse patrimoniale réelle… qui doit faire l’objet d’un suivi régulier

Ainsi, l’effort de prospection fourni par l’ensemble des participants sur cette seule journée du 18 juin a permis de révéler la présence d’une richesse patrimoniale étonnante, représentative des spécificités naturelles locales des vallées des Morins, qui justifierait la mise en place de mesures de conservation ou de protection sur ce secteur.
Les résultats de cet inventaire viennent enrichir les données faune/flore et appuyer le projet de création du Parc Naturel Régional de la Brie et des deux Morin. Ce projet devrait permettre notamment  la mise en place de suivis standardisés et l’établissement de véritables diagnostics écologiques de ces deux communes.
De nombreux territoires encore méconnus par manque de prospection restent à découvrir… Nous vous donnerons rendez-vous très prochainement pour une nouvelle journée d’inventaire naturaliste en Île-de-France !

Contact presse :
Ophélie ALLOITTEAU – Chargée de Communication Natureparif
01 75 77 79 04 – ophelie.alloitteau@natureparif.fr
www.natureparif.fr

Pour aller plus loin avec cet article

Consultez les autres ressources de notre site Internet qui abordent les sujets en relation avec cet article. Cliquez sur le [+] à côté de chaque mot-clé pour afficher les articles correspondants :

 

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter NatureParif

Saisie de données naturalistes

Cettia IDF
 

Ce site utilise des cookies

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur En savoir plus