Rechercher dans tout le site :



Faut-il installer des ruches ?

Mis à jour le vendredi 12 janvier 2018 10:41

 

La coexistence entre Abeille domestique et pollinisateurs sauvages (dont on décompte nombre d’espèces d’abeilles sauvages) est un sujet fortement débattu par la communauté scientifique. Pour faire face au déclin des insectes pollinisateurs en France, l’une des solutions qui s’est récemment généralisée est l’installation de ruches dans les grands centres urbains avec différents objectifs : la production de miel, la pollinisation des plantes cultivées en agriculture urbaine et également un objectif pédagogique de sensibilisation des citadins à la nature. Or ces ruches ne sont profitables qu’à une seule des 1000 espèces d’abeilles présentes en France : l’abeille domestique. Cet engouement pour l’installation de ruches en ville peut ainsi s’avérer contreproductif pour les pollinisateurs sauvages si elles deviennent trop nombreuses. A partir d’un certain seuil, les pollinisateurs sauvages, forts de cette concurrence « importée », ont de plus en plus de mal à trouver les ressources nécessaires à leur survie.

Il est donc important de multiplier les actions en faveur des pollinisateurs outre l’installation de ruches en mettant en place des actions appropriées pour la sauvegarde de tous les pollinisateurs sauvages comme l’installation de nichoirs à insectes, le maintien d’espaces en friches, la déminéralisation des sols… Les populations d’espèces pollinisatrices, dont les abeilles, sont actuellement en nette régression dans les pays industrialisés. En Europe, par exemple, les populations d’abeilles sauvages, comme domestiques, et de papillons sont en forte diminution, respectivement moins 37% et moins 31%. Les causes sont multiples mais pour l’essentiel en lien avec les activités humaines et en particulier agricoles : destruction et fragmentation des habitats en ville, simplification des paysages dans les milieux agricoles avec une disparition des habitats et des lieux de nidification (haies et bosquets notamment). L’usage de pesticides est également une cause majeure de disparition des invertébrés dont les insectes pollinisateurs.

Faut-il installer une ruche ? C’est la question analysée par Benoît GESLIN, Maître de Conférences à l’Institut Méditerranéen de Biodiversité et d’Écologie Marine et Continentale (IMBE), dans ces deux articles récents :


Article 1 : Faut-il installer une ruche ? (B.Geslin)
Article 2 : Extract from "Advances in Ecological Research, Vol. 57" (Elsevier B.Geslin)

Avec son observatoire des abeilles, Natureparif valorise les services rendus par l’Abeille domestique et est un outil de mesure de l’état sanitaire des colonies en lien avec les pratiques des apiculteurs et de l’environnement autour des ruchers. Plusieurs autres initiatives réalisées avec l’Opie (conférences, sciences participatives, démonstration et construction d’outils comme les abris à insectes …) permettent d’élargir la mobilisation de Natureparif à l’ensemble des pollinisateurs.

Pour aller plus loin :

 

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter NatureParif

Saisie de données naturalistes

Cettia IDF
 

Ce site utilise des cookies

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur En savoir plus