Rechercher dans tout le site :



(2010) Retours sur... les 2èmes Rencontres naturalistes

Mis à jour le jeudi 9 avril 2015 17:01

Le jeudi 2 décembre 2010, de 9h00 à 17h30 ont eu lieu au sein du grand amphithéâtre de la Grande galerie de l’Evolution, les deuxièmes rencontres Naturalistes.

C'est le 8 octobre 2009  qu'avaient eu lieu les Premières rencontres organisées à l’initiative de Natureparif et du CSRPN. Elles étaient consacrées à la présentation de la méthodologie des Listes Rouges régionales franciliennes.

Cette année, pour leur deuxième édition, Natureparif et le Conseil scientifique régional du patrimoine naturel (CSRPN) ont animé avec Natureparif le séminaire intitulé : "« Outils et perspectives pour la protection de la nature en Île-de-France ». Il était destiné aux associations naturalistes, aux associations franciliennes de protection de la nature, aux membres du Comité de Suivi Régional du SINP, aux sept Conseils généraux d’Île-de-France et à la Mairie de Paris, aux quatre Parcs naturels régionaux, aux associations et organismes de gestion des réserves naturelles, aux établissements publics …

Le matin, après une présentation de trois exemples de gestion de nature patrimoniale, des présentations ont porté sur les avancées récentes  et les perspectives  pour améliorer la connaissance et la protection de la nature  en  Île-de-France.

L’après-midi a en outre permis de discuter de différents indicateurs développés en Île-de-France. C’était l'occasion de faire le point sur l’état d’avancement des listes rouges régionales un an après leur lancement, de débattre des indicateurs développés grâce aux sciences participatives et de présenter les espèces déterminantes Trame verte et bleue pour l’Île-de-France. Le détail des interventions vous est présenté ici.

Discours introductif de Gérard Arnold

Bonjour,

C’est avec un grand plaisir que je suis là aujourd’hui pour ouvrir ces deuxièmes rencontres naturalistes d’Ile-de-France. Je suis heureux de vous accueillir dans cet amphithéâtre qui a été mis gracieusement à notre disposition par l’un des membres fondateurs de Natureparif, le Muséum National d’histoire naturelle que je remercie.

J’interviens aujourd’hui en tant que Vice-Président de Natureparif, mais je suis et reste avant tout un chercheur, un biologiste. En tant que tel, je sais que les plus grandes avancées de la connaissance ont été réalisées grâce aux échanges fructueux entre le monde de la recherche scientifique et les observateurs aguerris, les fins experts que sont bien souvent  les naturalistes ou les « praticiens » de la nature.

Ces échanges, ce dialogue existe en Ile-de-France. Ils existent par la volonté des acteurs. Ils existent aussi parce que la frontière entre la recherche et l’expertise est bien souvent ténue. Les réunions du Conseil scientifique régional pour le patrimoine naturel (CSRPN) que préside  Gérard Arnal, le travail au quotidien des chercheurs du muséum,  que ce soit au sein du Conservatoire botanique national du bassin parisien (CBNBP), ou du Service de patrimoine naturel (SPN), ou de l’unité Conservation des espèces, Restauration et Suivi des Populations  en sont d’excellents exemples.

Natureparif a été créé pour :


-    Doter la communauté naturaliste d’outils communs afin de faciliter leurs échanges. Et c’est bien l’objet du déploiement de SERENA comme du soutien apporté à Visio-faune ou encore de l’outil de dépôt des données en ligne mis à disposition de la SNPN.
-    Favoriser la circulation des connaissances : aujourd’hui nous avons le plaisir de pouvoir vous offrir en toute première exclusivité l’Atlas régional des milieux humides réalisé par l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme avec le soutien de la Région,
-    Réunir tous les acteurs qui participent à l’avancement de la connaissance naturaliste en Ile-de-France que ce soit par les financements qu’ils apportent comme par leur expertise. Réunir ces acteurs donc pour faire en sorte de dynamiser leurs échanges et produire les indicateurs nécessaires à une bonne gestion des milieux naturels.

Ces rencontres naturalistes ont vocation à devenir un rendez-vous annuel, elles sont organisées avec le CSRPN et visent à réunir tous les acteurs intéressés par la protection de la nature : financeurs, gestionnaires publics et privés, scientifiques et naturalistes amateurs ou professionnels, à tous ceux qui sont issus des associations franciliennes, qu’elles œuvrent à l’avancement de la connaissance comme l’ANVL, l’ANY, RENARD, le Corif ou la LPO comme celles qui combattent pour protéger les espaces de nature d’Île-de-France. Je tiens ici à rendre hommage aux 370 associations regroupées au sein d’Île-de-France Environnement.

Le programme de cette journée a été construit pour permettre de faire le point sur les méthodes d’acquisition des connaissances et les mesures de protection existant en Ile-de-France. A l’heure où l’on discute de la création d’une agence nationale de la nature, alors que la Stratégie nationale de la biodiversité est en cours de révision, Natureparif a souhaité que Jean-Philippe Siblet présente la stratégie nationale de création des aires protégées, Gérard Arnal en rappellera les différentes mesures de protection.

Les premières rencontres naturalistes ont eu lieu le 9 octobre 2009 : elles étaient consacrées au programme d’établissement des listes rouges régionales. Vous verrez cet après-midi qu’en un an, le travail a bien avancé ! Ces listes rouges régionales présentent le double avantage d’être un instrument pour :

  • faire le point sur l’état des connaissances sur un groupe taxonomique donné,
  • communiquer sur les espèces présentes et menacées dans notre région.

Nous touchons là au sujet des indicateurs. Les sciences participatives à travers le programme Vigie nature et le travail réalisé par Natureparif en lien  étroit avec l’équipe du Muséum  permettent de dégager des premières tendances. L’observatoire des abeilles que nous avons lancé cette année, croise les données issues de la surveillance des ruches par les apiculteurs avec celles résultant d’analyses polliniques. J’espère pouvoir vous en présenter les premiers résultats lors des 3èmes rencontres naturalistes d’Île-de-France.

Tous ces résultats permettent d’évaluer nos impacts sur la biodiversité, que ce soit ceux liés aux pratiques agricoles comme ceux liés à la fragmentation des territoires. Gérard Arnal présentera les espèces déterminantes pour l’établissement du Schéma régional des continuités écologiques, déclinaison régionale de la trame verte et bleue.

Avant de laisser la parole aux trois premiers intervenants qui vont nous présenter à travers trois exemples comment les connaissances acquises permettent de gérer au mieux nos plus beaux espaces de nature patrimoniale, je voudrai vous inviter à réfléchir à la façon dont ces rencontres pourront être encore améliorées.  L’équipe de Natureparif se tient à votre disposition pour imaginer avec vous pour l’année prochaine de nouvelles présentations, de nouvelles propositions. Je vous souhaite de passer une excellente journée, riche de débats !


Gérard Arnold
Vice-président de Natureparif

Le détail des interventions vous est présenté ici.

Pour aller plus loin avec cet article

Consultez les autres ressources de notre site Internet qui abordent les sujets en relation avec cet article. Cliquez sur le [+] à côté de chaque mot-clé pour afficher les articles correspondants :

 

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter NatureParif

Saisie de données naturalistes

Cettia IDF
 

Ce site utilise des cookies

En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur En savoir plus